"L'inclinaison" - Christopher Priest

L'inclinaison - Christopher Priest - Denoël éditions

Retour dans l'Archipel du Rêve de Christopher Priest avec une quête personnelle influencée par le glissement temporel et la musique inspirée par les îles. "L'inclinaison" est un roman étrange et langoureux où l'auteur nous emmène en voyage à travers les îles, la perte, la fuite, la solitude et finalement la liberté d'un être qui se découvre.


L'histoire de "L'inclinaison"


Compositeur de musique renommé, Alesandro Sussken est né dans un pays en guerre, clos, dirigé par une impitoyable junte militaire. Parti au front, son frère Jacj n’est jamais revenu. Un jour, on propose à Alesandro une tournée de neuf semaines dans certaines îles de l'Archipel du Rêve, dont la volcanique Temmil, sur laquelle vit And Ante, un guitariste de rock qu’Alesandro considère comme un plagiaire éhonté.
Cette tournée, aux distorsions temporelles incompréhensibles, va changer la vie d’Alesandro d’une façon inattendue. Il va tout perdre : sa femme, ses parents, sa liberté. Pour comprendre sa descente aux enfers, il n’aura pas d’autre solution que de retourner dans cet Archipel du Rêve, aussi séduisant que dangereux…

(Quatrième de couverture du roman publié par Denoël éditions, octobre 2016, traduction de Jacques Collin)


Mon avis sur "L'inclinaison" de Christopher Priest


Plus je lis du Christopher Priest, plus il me semble difficile d'expliquer clairement ce qui se trouve dans ses romans. On peut clairement noter que les livres de l'auteur anglais évoluent de plus en plus vers des quêtes personnelles plutôt que vers des aventures à rebondissements, même si Priest ne me semble jamais avoir été un auteur de romans de pure aventure. L'intérêt se porte ailleurs, sur les personnages, sur le sentiment d'étrangeté et de perte de contrôle, et tout dans un univers qui a tout ce qu'il faut pour égarer son lecteur. L'Archipel du Rêve est un univers qui semble en perpétuel mouvement, protéger de la guerre par sa neutralité mais aussi par ce vortex temporel qui crée un gradient temporel. Ce dernier est le noeud de ce roman : "L'inclinaison". 

Ami cartésien, laisse ta raison de côté. Si le roman de Christopher Priest est classé dans le rayon science-fiction, il n'a pourtant rien de scientifique.  S'il prend racine dans l'Archipel du Rêve, "L'inclinaison" n'a pourtant rien du roman onirique. L'auteur nous emmène dans un univers qui a du corps, un ensemble d'îles crédibles, à la technologie avancée, possédant chacune son économie, sa politique interne et sa culture. Mais il plane toujours dans les histoires de l'Archipel du Rêve un petit quelque chose d'énigmatique, d'indéfini, même d'indéfinissable, et l'on sent bien que l'auteur laisse lui-même en suspend des autres d'ombres et de mouvances. Si cela égarera certains lecteurs cartésien ou accroché à un récit aventureux à la ligne bien définie, je dois bien avoué que j'aime ce sentiment d'errance et d'égarement propre aux récits de Christopher Priest. 

Si la notion du temps, au travers du gradient temporel qui protège l'Archipel du Rêve, avait déjà été abordée, il n'avait pas encore été traité comme un problème de gradient temporel. Du moins, pas à ma connaissance et pas dans ce que j'ai déjà lu de l'auteur. Imaginez un vortex planant au dessus des îles, quelque chose d’intangible, qui crée à chaque déplacement une perte ou un gain de temps, une différence de temps bien différente d'un fuseau horaire et qui peut vous faire arriver tout aussi jeune chez vous après une tournée alors que vos proches ont vieilli plus vite, le temps n'ayant pas évolué de la même manière pour chacun. N'y chercher pas une explication scientifique ! Pourtant, ces incréments et décréments de temps existent bien et pour les corriger, il faut faire appel aux adeptes qui au travers d'un échange d'argent, d'un semblant de rituel et de marque sur votre "barre" pourront corriger votre incrément ou décrément de temps.

"L'inclinaison" au coin du feu - Christopher Priest - Denoël éditions

Outre ce jeu sur le temps, principal levier du récit que subit Alessandro Sussken, il y a aussi tout ce voyage personnel du personnage. Au travers de son périple musical, de son retour et de sa fuite dans l'Archipel du Rêve, on va suivre un personnage qui va faire face à la réalité mouvante de la vie. Face à l'absurdité de la guerre, face à la perte des êtres chers, de son évolution propres du temps et de sa subjectivité, Alessandro Sussken se retrouve seul et tout cela le pousse à la fuite. Dans sa fuite en avant, dans la solitude, notre personnage va errer, désespérément chercher quelque chose, aller au plus loin pour finalement se trouver lui plutôt que tout autre chose. Sa fascination pour les îles, son expression au travers de la musique va le pousser continuellement plus loin, subissant parfois les événements, touchant presque le fond, pour finalement découvrir qui il est vraiment.

Lire un roman de Christopher Priest, c'est aussi (re)découvrir une écriture qui possède sa propre petite musique, son rythme particulier. Derrière un style riche et faussement simple, l'auteur de "L'inclinaison" nous invite à voyager à travers un récit porté par des ambiances posées, envoûtantes par instant, lancinantes et traînantes à d'autres créant un sentiment langoureux qui convient bien au sentiment de perte de contrôle et d'errance du personnage central.

"L'inclinaison" est un bon roman. Original dans son récit, Christopher Priest invite le lecteur dans une histoire bien différente de ce que l'on connaît habituellement en science-fiction. En cela, c'est génial et j'apprécie toujours autant cette manière exploratoire, quasi expérimentale, peut-être audacieuse, de l'auteur anglais de nous offrir une littérature de qualité par son écriture et osée par son récit. Si le roman regorge de réflexions et d'atmosphères envoutantes, il me reste à la fin et un petit sentiment d'avoir raté quelque chose dans la compréhension finale du récit, l'impression d'avoir raté un détail important. Je ne remettrai pas la faute sur le roman sachant que j'ai lu ce livre à un moment particulier qui ne m'a pas complètement permis d'être ouvert au récit de Priest mais par contre l'errance du personnage central m'a particulièrement touché.


A propos de Christopher Priest


Christopher Priest est un auteur anglais né en 1943. Il est connu chez nous pour "Le monde inverti", "Le Prestige", "La séparation" ou bien encore "La fontaine pétrifiante" et les récits autour de l'Archipel du Rêve. Auteur de la new wave of science-fiction, Christopher Priest est un auteur qui ose expérimenter avec ses narrations tout en recherchant la beauté stylistique. Son imaginaire jouant sur l'ambiguité et la subjectivité est souvent rapprochée de P.K. Dick.
"L'inclinaison" - Christopher Priest "L'inclinaison" - Christopher Priest Reviewed by Julien le Naufragé on lundi, octobre 24, 2016 Rating: 5

3 commentaires:

  1. J'ai bien aimé Priest dans "Le Prestige", "Le glamour" ou "Le monde Inverti" mais je ne me suis jamais plongé dans son univers "Archipel du rêve". Les critiques donnent envie mais je ne sais pas trop... est ce une bonne idée de commencer par celui-ci ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseillerais plutôt "L'archipel du rêve" lui-même en premier, il sera plus simple de comprendre certains éléments de ce livre-ci. Même-ci, ce n'est pas forcément nécessaire. Le premier est un recueil de nouvelles, celui-ci est un roman. A voir ce que tu préfères. Le premier offre divers récits, assez variés, celui-ci offre une histoire plus longue et plus complexe également. Plus lente également que les nouvelles.

      Supprimer
    2. Je vais encore réfléchir à la question... Merci ! ;-)

      Supprimer

Concours

Fourni par Blogger.