"Infinités" - Vandana Singh

"Infinités" de Vandana Singh

Publié chez Denoël éditions dans sa collection Lunes d'Encre, le recueil "Infinités" de Vandana Singh me permet de découvrir une excellente auteure originaire d'Inde. Avec des univers évoluant entre science-fiction et fantastique, Vandana Singh nous emmène à la rencontre de l'Inde et des femmes qui l'habitent au travers d'une plume subtile et sensible. 


Quatrième de couverture de "Infinités"


Dans ce recueil de dix nouvelles et un essai se déploie la sensibilité à part d’une auteure de science-fiction spéculative qui n’a de cesse de remettre l’Homme au centre du récit. On y observe un professeur de mathématiques qui aimerait comprendre les tensions interreligieuses qui déchirent son pays, un étrange tétraèdre subitement apparu dans les rues de New Delhi, une femme convaincue d’être une planète.
Avec ces textes poétiques, humanistes et parfois mélancoliques, Vandana Singh s’impose...


Mon avis sur "Infinités" de Vandana Singh


Bien que déjà publiée en France au travers des revues Fiction, Angle Mort et Bifrost, je n'avais encore jamais lu Vandana Singh. Pourtant j'étais très curieux par cette annonce de la publication chez Denoël éditions d'une auteure d'origine indienne (mais vivant aux USA) et écrivant de la SF.

Le résumé en quatrième de couverture de "Infinités" nous annonce un livre centré sur l'humain. Alors si vous préférez les récits nerveux et plein d'aventure, ceci risque de ne pas être votre came. Par contre, si vous aimez les récits subtils et centrés sur les personnages comme les textes de Ray Bradbury ou Robert Charles Wilson, ceci devrait vous plaire. 

Pour ce qui est de personnages, Vandana Singh se centre sur des personnalités féminines dans une Inde en pleine mutation. Ces femmes, coincées dans leur rôles de femmes, étranglées par leur position sociale ou bien par leur caste, sont totalement bridées dans leurs élans de liberté, obligées qu'elles sont de devoir tenir un rôle. On est donc bien loin d'une Inde de carte postale mais c'est aussi tout ce qui en fait sa richesse. 

Bien sur, si Vandana Singh en était restée là, on serait juste tombée dans de la littérature générale efficace et plaisante en plus d'être bien écrite. Mais l'auteure, amatrice de littératures de mauvais genres comme la science-fiction ou bien la fantasy, nous offre des récits où s'invite souvent des éléments de fantastique ("Faim", "Soif", "La Femme qui se croyait planète", "L’Épouse" et "La Chambre sur le toit"). L'insertion subtile de l'étrange ainsi que la sensibilité des personnages m'a rapidement fait penser à Mélanie Fazi, auteure française de fantastique, ce que d'autres lecteurs ont également pensé comme moi. Cette insertion de l'étrange, du fantastique, dans les nouvelles offre un réel plus aux récits pour un amateur comme moi de ce genre de littérature. Mais que cela ne soit pas un frein pour vous lecteur de littérature générale, car vous passeriez à côté d'un excellent recueil de nouvelles.

Au niveau du style, la plume de Vandana Singh est très porteuse (et probablement bien rendue par son traducteur Jean-Daniel Brèque). Ne sombrant jamais dans l’esbroufe inutile, elle nous amène en Inde par de subtiles touches de couleurs, d'odeurs et de saveurs.  Là on mange des pakoras ou du matar paneer, plus loin on boit du chai ou l'on prépare des parathas. Et pour moi qui suis végétarien comme les Indiens, j'ai été porté par ces saveurs issues de la gastronomie indienne. L'air de rien, ce sont ces petites touches, parsemées ici et là, qui immergent rapidement le lecteur en Inde sans sombrer inutilement dans des descriptifs longs et fastidieux.

Mais "Infinités" ne nous emmène pas uniquement dans l'Inde des femmes et des tensions religieuses car Vandana Singh nous amène aussi sur Mars ("Les Lois de la conservation"), ou bien dans des contes mythiques (bien qu'anecdotiques selon moi) qui se passent sur d'autres mondes ("Trois contes de la rivière du ciel : mythes de l'ère des astronautes"), ou encore dans des récits quasi lovecraftiens ("Soif") ainsi que dans de la SF ("Le tétrahèdre") proche de Robert Charles Wilson.

Le livre se termine sur un excellent et court essai, "Un manifeste spéculatif", vantant les mérites de la littérature de genre dont la lecture est plus que ravigotante. 

On retiendra d' "Infintés" la justesse de ton de Vandana Singh, la sensibilité utilisée pour dépeindre ses femmes et ces situations difficiles. L'auteure nous livres dans ce recueil dix textes vraiment très bons, tant par la manière d'aborder le récit que par le style utilisé. Et l'on se surprend régulièrement, au détour d'un paragraphe, à relire un passage et à vouloir le lire à quelqu'un d'autre. Bref, Vandana Singh fait partie de cette nouvelle génération d'auteures qu'il faut garder à l'oeil, car à l'instar d'une Sofia Samatar, il y a de la qualité tant sur le fonds que sur la forme. 

PS : Si vous aimez écouter de la musique en lisant, je vous conseille l'écoute de "Land of Gold" d'Anoushka Shankar comme bande son.


A propos de Vandana Singh


Née en Inde, à New Delhi, fille de deux professeurs de littérature anglaise, Vandana Singh a grandi à l’ombre de Shakespeare et Keats. Devenue professeur de physique aux États-Unis, elle s’est tournée vers l’écriture, notamment la science-fiction et la fantasy, à cause de la richesse de ces genres et des possibilités qu’offrent leurs thématiques propres. Depuis 2002, elle a publié deux romans pour la jeunesse, une vingtaine de nouvelles et un court roman de science-fiction, Distances
"Infinités" - Vandana Singh "Infinités" - Vandana Singh Reviewed by Julien le Naufragé on mardi, juillet 05, 2016 Rating: 5

6 commentaires:

  1. Une nouvelle venue dans l'édition SF en France (même si plusieurs récits courts sont parus en revues), c'est toujours bon à prendre, surtout si, comme ici, il y a un vrai propos dans ses récits.
    C'est beau, c'est bien écrit, pas de raisons de se priver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle découverte avec Bandana Singh. Une auteure qui soigne autant le fond que la forme.

      Supprimer
  2. La comparaison avec Mélanie Fazi est bien vue ! Un très joli recueil en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m'a donné envie de lire du Fazi. Ou relire des extraits de ce roman ou celui de Sofia Samatar.

      Supprimer
  3. Beau retour sur ce recueil qu'il faut absolument que je lise :)

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.