"Hamlet au paradis" - Jo Walton


Avec "Hamlet au paradis", Jo Walton nous offre une suite au "Cercle de Farthing". Et bien que cela ne soit pas écrit sur la couverture du livre, ce roman est le deuxième tome de la trilogie du Subtil Changement, une uchronie mélangée au polar so british.


L'histoire de "Hamlet au paradis"


Londres, 1949. La paix de Farthing a mis fin à la guerre entre le Reich, qui règne sur tout le vieux continent, et l'Anglettre, qui vit tranquillement sur son île. 

Viola Lark, fille de noble famille mais ayant fuit le marasme familial, s'est lancée dans une carrière théâtrale. Sa joie est immense quand on lui propose de jouer un Hamlet modernisé où les genres sont inversés. Mais la joie est de courte durée car une des actrices est morte dans une explosion de sa maison.

L'inspecteur Carmichael de Scotland Yard, que l'on a déjà rencontré dans le "Le Cercle de Farthing" est sur l'enquête et découvre rapidement que cette explosion n'est pas due à une bombe oubliée du Blitz. S'agirait-il d'un groupe de terroristes anarchistes ou communistes ? Carmichael mène l'enquête.

Viola Lark de son côté tombe dans un piège tendu par une de ses soeurs alors qu'elle espérait échapper à la politique en vouant sa vie au théâtre. Obligée de participer à une lutte qui ne la concerne pas, Viola Lark va prendre des risques énormes pour pouvoir jouer la première de Hamlet face à Hitler qui sera en visite en Angleterre.


Mon avis sur "Hamlet au paradis"


Pour faire bref, pour ceux qui ne connaissent pas ce genre, l'uchronie est un récit qui part sur le principe d'un point de divergence dans l'histoire. "Et si Hitler avait gagné la guerre..." étant un des grands classiques du genre. Jo Walton ne fait pas défaut à cette ligne là. Mais là où son récit devient intéressant, c'est que l'auteure nous raconte la vie de personnages pris dans un marasme politique en Angleterre.

Pour revenir au récit, nous allons suivre en parallèle deux personnages : Viola Lark et l'inspecteur Carmichael. Pas de suspens réel car peu de surprises : on sait directement ce qui se passe de chaque côté. Sauf que chaque personnage fait face à ses conflits internes et des oppositions avec des personnes qui tentent de les manipuler... et que finalement, on ne sait jamais trop comment tout cela va terminer avant la toute fin du roman.

Viola Lark est actrice au théâtre et va jouer une version modernisée de Hamlet où on a intervertit les rôles, ce qui lui permet de jouer un personnage à l'origine masculin. Sauf qu'une des actrices de la troupe s'est fait exploser la tête dans sa maison de banlieue. Et puis voilà qu'une de ses soeurs l'appelle au secours pour finalement la coincer dans un traquenard où Viola ne pourra s'en sortir qu'à condition de participer à leur coup d'éclat politique. Opposée à la politique en tant qu'actrice, elle finira tout doucement par s'inscrire dans le combat de ses manipulateurs. Viola succombe-t-elle au syndrome de Stockholm ?

De son côté, Carmichael enquête et avance à tâtons. Il doit enquêter et trouver rapidement qui sont les agitateurs politiques cachés derrière l'explosion de la bombe dans la maison de l'actrice. Carmichael remonte le fil, il faut trouver les coupables et les mettre hors d'état de nuire avant l'arrivée de Hitler en Angleterre. Pourtant, notre enquêteur ne peut faire ce qu'il veut non plus, son chef le manipule jusqu'à lui faire accepter un poste qu'il aurait refusé. Malheureusement, son supérieur connaît tout de sa relation homosexuelle et Carmichael est bien obligé d'accepter car l'homosexualité est encore un crime à cette époque là en Angleterre.

Avec "Hamlet au paradis", exit Lucy Khan que l'on avait rencontré dans "Le Cercle de Farthing". Jo Walton garde juste l'inspecteur Carmichael. Ce dernier, lancé sur une nouvelle enquête se développe encore plus en tant que personnage. Mis en mauvaise posture par son chef, il devra aussi accepter in fine un poste qu'il aurait refuser. Sans oublier son action finale dans le roman, qui après réflexion, lui a fait faire quelque chose qui lui pose également un préjudice (in)directe.

Concernant l'univers du Subtil Changement, Jo Walton développe un peu plus son uchronie que dans "Le Cercle de Farthing". Mais ce qui est plaisant, c'est que cela offre un background qui n'est pas forcément le centre de l'histoire. Néanmoins, subtilement, cette uchronie nous permet de réfléchir sur un monde qui sombre doucement vers le fascisme. Inévitablement, on pensera à notre monde d'aujourd'hui qui lui aussi glisse vers l’extrême droite ou vers les fondamentalismes avec leurs diverses répressions et autres actions brutales. Ce glissement de réflexion je le fais, mais "Hamlet au paradis" est avant tout une histoire dans un monde qui n'a pas été le nôtre (heureusement d'ailleurs). 

Bref, "Hamlet au paradis" est un bon mélange entre uchronie et roman policier british. C'est tout à fait le genre de roman que je conseillerais à un fan de romans policiers du début du 20ème siècle. Sauf qu'avec ce Subtil Changement, Jo Walton offre un background uchronique qui réorganise l'histoire et permet de la vivre autrement. "Hamlet au paradis" est un roman que j'ai pris plaisir à lire et je suis curieux de voir ce que donnera le troisième tome de cette trilogie car Carmichael arrive dans une posture où tout est possible, bien comme mal, mais pour lui, ce sera surement difficile à vivre. Pour clore, je dirai qu'il n'est nul besoin d'avoir lu le premier tome pour lire celui-ci. Alors, ne vous en privez pas. 

Éditeur : Denoël éditions - collection Lunes d'Encre.
Traduction : Florence Dolisi.
Date de publication : octobre 2015.


A propos de Jo Walton


Jo Walton est une auteure des littératures de l'imaginaire originaire du Pays de Galle et vivant au Canada. En France, on lui connait son roman "Morwenna" publié en 2014 chez Denoël éditions.  Depuis a paru "Le Cercle de Farthing", premier tome de la trilogie du Subtil Changement, dont "Hamlet au paradis" est le deuxième tome.

"Hamlet au paradis" - Jo Walton "Hamlet au paradis" - Jo Walton Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, novembre 22, 2015 Rating: 5

4 commentaires:

  1. J'ai trouvé le degré de suspense bien différent que sur le premier tome ; même s'il reste un doute quant à la réalisation finale :) On en apprend plus sur Carmichael et j'en suis ravie. Par contre, je trouve que Viola ressemble un peu trop à Lucy.

    RépondreSupprimer
  2. Il fera sans doute partie de la hotte du Père Noël... ;)
    Merci pour cette critique.

    RépondreSupprimer
  3. @ AcrO : Le suspens est différent oui. Ca fonctionne quand même bien. Et on en apprend plus sur Carmichael et l'aspect uchronie du roman de Jo Walton. Et de fait Viola ressemble peut-être un peu trop à Lucy.

    @ Lorhkan : Bonne lecture durant tes vacances alors. "Hamlet au paradis" est assez sympa à lire. Enjoy Jo Walton. ;-)

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.