"L'ambassade des anges" - Benoît Renneson

Encore un auteur belge chez les Indés de l'Imaginaire. Et encore en fantasy. Encore un roman inédit. Et une découverte pour ma part.


A propos de Benoît Renneson


Benoît Renneson est un auteur belge né en 1966. "L'ambassade des anges" est son deuxième roman. Il est publié dans la Collection Hélios. Le premier, "Les hommes sauvages", a été publié par les éditions Labor.


Mon avis sur "L'ambassade des anges"


Dans "L'ambassade des anges", Justus et Angel sont deux jeunes cartographes que tout oppose. Tous deux viennent fraîchement d'arriver au Sanctuaire, cette cité idéale où se règle la diplomatie du continent. La cartographie est d'ailleurs l'outil servant à régler les querelles territoriales et nos deux jeunes cartographes viennent à la cité pour offrir leurs services. Mais il règne à Sanctuaire une étrange atmosphère. Les personnes rencontrées sont bizarres. Les ambassadeurs ne semblent pas être ce qu'ils prétendent être. Et même les magisters, ce vieil ordre chevaleresque du Sanctuaire, semble avoir disparu. Et pourquoi une armée campe-t-elle sur les falaises qui dominent la cité. Exercice de musculation ou réelle menace ? Que se passe-t-il donc au Sanctuaire ? Justus et Angel sont-ils des pions dans un jeu qui les dépasse ?

Avec "L'ambassade des anges", Benoît Renneson nous offre un roman tout en ambiances. L'atmosphère du récit repose sur l'étrangeté des situations, des rencontres et des non-dits. Les deux jeunes cartographes débarquant à Sanctuaire s'attendent à trouver une certaine stabilité dans une ville portée et défendue par les magisters depuis plus de 200 ans déjà. Ce n'est pas le cas. Tout paraît vide, creux et faux. Justus comme Angel sont désorientés, mais ni l'un ni l'autre ne se reposera sur l'autre car ce sont de vieux ennemis que tout oppose depuis leurs classes en cartographie. 
On se croirait presque dans une BD de Schuiten et Peeters du cycle des "Cités obscures" : des cartographes, une cité étrange, complexe, à différents niveaux, ou certaines choses semblent fausses, voir de carton pâte. On retrouve la même étrangeté de situation que dans les BD de Schuiten et Peeters, le dessin en moins.

Benoît Renneson prend le parti de faire parler Angel et Justus chacun à leur tour. C'est un classique de narration qui permet d'avoir deux points de vue différents, ce qui reste intéressant quand les personnages sont différents justement. Cependant, je dois avouer m'être perdu entre les personnages. On ne les identifie pas tout de suite et la différence entre de ton entre les personnages ne m'a pas paru toujours très marquée malgré la différence de caractère de chacun.

Le ton de "L'ambassade des anges" est également très pausé, très lent. Cela contribue à l'atmosphère du livre, cela contribue à l'étrangeté du récit. Néanmoins, j'aurais souhaité un peu plus de nervosité à certains moments. Question de goût je pense. 

"L'ambassade des anges" est un roman étiqueté fantasy. On est très très loin de la big commercial fantasy. On tient en mains un court roman qui ne fait même pas 200 pages. Un huis clos dans une cité, un récit étrange aux atmosphères particulières que l'on peut rapprocher sans soucis des "Cités obscures" de Schuiten et Peeters. avis aux amateurs donc. 

Malheureusement, pour ma part, mon avis reste assez mitigé car j'ai eu du mal à me plonger dans l'atmosphère du Sanctuaire et à m'accrocher et identifier les deux personnages que sont Justus et Angel. Dommage. Peut-être n'ais-je pas lu ce roman au bon moment ?


"L'ambassade des anges" - Benoît Renneson "L'ambassade des anges" - Benoît Renneson Reviewed by Julien le Naufragé on vendredi, août 07, 2015 Rating: 5

Aucun commentaire:

Concours

Fourni par Blogger.